BITE ME... IF YOU CAN
Bienvenue chez BITE ME ... IF YOU CAN le Sanctuaire
Avant de poster, merci de lire et de valider le règlement intérieur mais aussi de faire votre présentation. Sous la bannière en page d'accueil le bouton portrait est à utiliser pour pouvoir remplir votre profil.
En cas de problème cherchez Tigrou, un membre du Conseil ou l'un de nos gardiens.

BITE ME... IF YOU CAN

Un Sanctuaire pour les fans de Littérature et les créateurs entout genre.
 
AccueilGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Brute, de Kim Fielding

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lena Polskaia
Vampire
Vampire
avatar

Messages : 63
Points : 155
Date d'inscription : 03/05/2014
Localisation : Nice

MessageSujet: Brute, de Kim Fielding   Mer 8 Oct - 4:04


DreamspinnerPress VF, sortie du 7 Octobre 2014. Traduction Emmanuelle Rousseau

Résumé:

Brute mène une vie solitaire dans un monde où la magie est omniprésente. Ce qui le définit le mieux serait sans doute ses deux mètres trente de laideur, et son ascendance honteuse. Personne, pas même Brute, ne s’attend donc à ce qu’il puisse être autre chose qu’une main-d’œuvre corvéable. Mais les héros sont de toutes sortes et de toutes tailles, et quand il se retrouve handicapé pour avoir sauvé un prince, la vie de Brute change brusquement. Il est invité à venir travailler au palais de Tellomer afin de devenir le gardien d’un seul et unique prisonnier. La tâche semble facile, mais elle s’avérera être le défi de sa vie.


Les rumeurs prétendent que le prisonnier, Gray Leynham, est un sorcier et un traître. Ce qui est certain, c’est qu’il a passé les dernières années dans une misère à peine imaginable : aveugle, enchaîné, et rendu presque incompréhensible par un bégaiement extrême. Et comme si cela ne suffisait pas, il est assailli par des cauchemars durant lesquels il assiste à la mort de gens vivant à proximité – pire, ses rêves se réalisent.


Tandis que Brute s’habitue à la vie au palais et apprend à connaître Gray, il découvre sa propre valeur, d’abord en tant qu’ami et en tant qu’homme, puis en qualité d’amant. Mais Brute apprend aussi que les héros sont parfois confrontés à des choix difficiles et que faire ce qui lui semble juste peut aussi l’exposer à de grands dangers.


Mon avis:


Attention, coup de cœur assuré !
Il était une fois dans un royaume lointain, un orphelin fils d'un voleur et d'une putain, méprisé, maltraité et battu, qui devint aussi grand et vilain qu'un ogre. Il ne fut plus battu, mais toujours méprisé, on l'appela Brute et on le traita comme une bête de somme, sans âme et sans émotion. Au point que Brute lui-même finit presque par y croire, renonçant à essayer de faire comprendre qu'il était un être humain, renonçant à espérer. Il était une fois un très beau jeune homme appelé Gray, charmeur et un peu vaniteux, qui tomba amoureux d'un joli prince, mais en fut séparé. Par arrogance, il fit un marché avec les Dieux, par orgueil blessé, il commit une erreur, et il en paya le terrible prix. Enchaîné depuis des années dans une geôle, négligé, affamé, aveuglé, parfois battu, ses nuits sont agitées de cauchemars, dérisoire et terrible cadeau des Dieux. Lui aussi a renoncé à l'espoir, et oublié qu'il était humain, bien que la folie n'ait pas voulu de lui. Et puis, il y a le Prince. Ce Prince joli et sympathique, un peu frivole mais sincère, qui n'a rien pu ou rien osé faire pour son ami tombé si bas, qui ne sait pas où est sa place en ce royaume. Ce Prince maladroit qui manque se tuer dans le village de Brute, et dont le géant va sauver la vie, risquant la sienne et perdant un membre dans l'aventure. Mais gagnant en récompense un emploi: gardien de ce mystérieux prisonnier. Et c'est ainsi que tout bascule, pour la Brute et le Prisonnier. Brute est vêtu de neuf, nourri, logé et bien payé, et pour la première fois de sa vie, accepté. Par les gardes avec qui il s'entraîne, par Aly l'adorable cuisinière, par Warin l'adolescent effronté. Il s'épanouit, s'autorise de nouveau à rêver, il apprend à lire... Et laisse parler toute la sensibilité, la compassion, la tendresse et l'humanité qu'il a en lui, et qu'il n' a jamais pu exprimer, envers son prisonnier, ce terrible sorcier que l'on dit traître à la couronne, mais que lui ne voit que comme un homme endurant de terribles souffrances. Un petit geste en amène un autre. Un peu d'eau fraiche, un surplus de nourriture, une couverture chaude. Quelques paroles, et puis bercer ce corps tremblant lors de ses terribles rêves, lui fredonner des berceuses pour l'apaiser, le laver, le toucher... Sans le savoir, sans même y penser, Brute est encore en train de sauver une vie, celle de Gray, de le rattraper dans son interminable et mortelle chute, de le ramener vers l'humanité, de le ressusciter à l'état d'homme. Il n'y a plus de Brute et de Prisonnier, mais deux hommes qui deviennent amis, puis amants, deux hommes qui s'aiment et trouvent un équilibre. Tout pourrait être bien ainsi. Être aussi heureux que possible aussi longtemps que possible, c'était plus que ce que Brute n'avait jamais osé espérer, mais malgré tout, ce n'est plus assez. Délivrer Gray de ses chaînes, celles scellées par les hommes comme celles mises par les Dieux , il y songe, même s'il sait qu'il y aura un prix à payer, dont le moindre n'est pas de trahir la confiance du prince, abandonner ses nouveaux amis et renoncer à une vie paisible où il est accepté. Mais comme le dit Gray à Brute « tu es un géant parce que le corps ordinaire d'un homme aurait été trop petit pour ce que tu es ».


Impossible de ne pas succomber à la beauté de ce conte de fée. Qui comme tous les vrais contes, ne se contente pas de nous narrer une belle histoire de géant, de prince et de prisonnier, une véritable aventure et une sublime histoire d'amour, mais nous parle de nous. Nos vies, nos erreurs, nos blessures. Ce qu'est être un monstre et ce qu'est un héros. Comment le regard des autres nous façonne, peut nous mutiler, ou nous faire redevenir humain; Ce que l'amour nous apporte. C'est aussi un rappel, que chaque action a une conséquence, que chaque bienfait se paye, que toute chose a un prix dans la vie. Brute, c'est tout cela à la fois, sans aucune pesanteur ni moralisme, tout en légèreté, en tendresse et en chaleur humaine. L'auteur aurait pu nous faire sangloter, user des tombereaux de mouchoirs en nous racontant la vie d'Aric et de Gray. Ce n'est pas son choix. C'est tout en délicatesse que les émotions nous traversent, tristesse, joie, compassion, soulagement, amusement, inquiétude, et c'est presque sans s'en rendre compte que l'on se retrouve par moment de la buée dans la yeux. La romance est superbe, qui prend son temps pour se développer, l'histoire magnifiquement menée, sans ralentissement, sans baisse de rythme, jusqu'au mot FIN. Les personnages sont inoubliables, Brute en tête, mais Gray également. Sans oublier le prince par qui tout arrive, et se termine. Un roman sublime, à lire absolument !


5/5

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Brute, de Kim Fielding
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» HELEN FIELDING : Bridget Jones...
» "LA BRUTE" de Cabrio turbo (savage .32, chassis FLM en mid tank)
» NE COMPTE PAS LES HEURES de Joy Fielding
» Force Brute
» La brute

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BITE ME... IF YOU CAN :: M/M Romance - LGBT :: LGBT dans le fantastique (VF)-
Sauter vers: